Votre fenêtre sur le monde !

David Iglesias

David Iglesias Franch, Chair of the Photographic and Audiovisual Archives Working Group - PAAG

Tel est le thème de la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel (WDAH) pour 2021. Cette journée qui est célébrée par l’ICA tous les 27 octobre depuis 2005, année où l’UNESCO l’a instaurée, a pour but de promouvoir la préservation des archives et documents audiovisuels pour les générations futures. L’organe de coordination de la Journée mondiale (WDAH) est le Conseil de coordination des associations d’archives audiovisuelles (CCAAA). Son site web publie les activités des différents centres d’archives et de documentation du monde entier liées à la conservation et à la diffusion du patrimoine audiovisuel. L’ICA est membre du CCAAA depuis le début et il est bon de bien comprendre le rôle que l’organisation a joué dès le départ, pour expliquer sa volonté de construire des ponts avec les autres associations internationales du patrimoine audiovisuel.

En 1980, l’UNESCO publie un rapport intitulé « Recommandation pour la sauvegarde et la préservation des images en mouvement« . Deux ans plus tard, cinq organisations – la Fédération internationale des archives du film (FIAF), la Fédération internationale des archives de télévision (FIAT/IFTA), la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques (IFLA), l’Association internationale d’archives sonores (IASA) et le Conseil international des archives (ICA) – créent la Table ronde des archives audiovisuelles.

Le premier symposium technique conjoint, qui se tient à Stockholm en 1983, est le fruit des efforts de cette table ronde qui contribue également aux études du programme RAMP (Records and Archives Management Programme) de l’UNESCO.

En 2000, afin d’élargir ses missions et d’augmenter sa portée, la table ronde devient le Conseil de coordination des associations d’archives audiovisuelles (CCAAA). Les années suivantes, des nouvelles organisations rejoignent ses rangs : Association for Recorded Sound Collections (ARSC), Association of Moving Image Archivists (AMIA), Southeast Asia-Pacific Audiovisual Archive Association (SEAPAVAA) et Federation of Commercial Audiovisual Libraries (FOCAL).

Réunion annuelle du CCAAA à Paris en 2017, photo de David Iglésias Franch

Bien que l’ICA soit, à cette époque, un membre actif du CCAAA, certains membres de l’organisation estiment que l’ICA pourrait s’impliquer davantage.  Après la réunion annuelle de 2009 du CCAAA à La Haye, l’ICA nomme donc Joan Boadas, commissaire aux archives photographiques et audiovisuelles, pour créer un groupe de travail qui se concentrerait sur ces types de documents.  En examinant le rôle de l’ICA au sein du CCAAA, M. Boadas fait alors les observations suivantes :

  • Les organisations membres du CCAAA se concentrent exclusivement sur les images en mouvement et les enregistrements sonores, mais pas sur la photographie fixe.
  • Le CCAAA ne connait pas suffisamment les besoins réels des archives non membres, il ne peut donc pas sélectionner les sujets les plus adéquats pour proposer de la formation. L’ICA, grâce à la structure de son organisation, est alors bien placé pour appréhender les diverses facettes du patrimoine audiovisuel.
  • Le CCAAA étant spécialisé dans les documents audiovisuels, l’ICA peut consulter le CCAAA pour obtenir des informations sur les besoins techniques en matière d’archivage. De tous les membres du CCAAA, l’ICA et l’IFLA sont les seuls à ne pas uniquement s’intéresser aux documents audiovisuels.
  • Il n’existe alors pas d’institution internationale contribuant à une meilleure gestion du patrimoine photographique.

La conclusion de Joan Boadas est que l’ICA pourrait être un des principaux acteurs dans le domaine du patrimoine de l’image en créant un groupe de travail qui se concentrerait à la fois sur la photographie et les documents audiovisuels. 

Aujourd’hui, ce groupe, connu sous le nom de Groupe Archives Photographiques et Audiovisuelles (PAAG), a pour mission de répondre aux besoins liés à la conservation des archives photographiques et audiovisuelles. Le PAAG est un groupe d’experts actif de l’ICA, avec de nombreux projets et collaborations liés aux documents audiovisuels. Son rôle prépondérant dans le panorama international témoigne de l’importance pour l’ICA de disposer d’un organe chargé de promouvoir le patrimoine audiovisuel.